Un ciel s'embrase. Que c'est beau: des couleurs chatoyantes, une atmosphère aussi déchirée que calme. Pour peu que l'on se trouve à ce moment au bord de la mer en prenant la peine d'appuyer sur le déclencheur, on obtiendra la plus "incroyable" photo de nature qui soit.

Aux yeux de la majorité, une image de coucher de soleil représente la photo la mieux réussie, la plus éblouissante. Mais, finalement, le coucher de soleil aux Caraïbes n'est-il pas exactement le même qu'en Argentine ou en Toscane? Quoi de plus banal et répétitif que ce sempiternel tombé de jour?

    François Ruchti saute une barre aux Diablerets, février 2010 - Référence: Bar01 - Cliquez sur l'image pour la voir en plus grand.

Dans le domaine du ski freeride, la photo correspondant au déclin solaire pourrait être celle du saut de barre. L'image n'a aucun besoin d'être esthétique (un cadrage régulièrement identique), elle impressionne simplement par la performance du skieur. Il est pour le moins surprenant qu'elle vienne à être jugée belle en fonction de ce "simple" critère. J'ai posté l'illustration ci-dessus sur quelques forums de photos et de ski en tant que photo souvenir (j'ai de moins en moins l'occasion de skier en compagnie de mon ami skieur François Ruchti, d'où une immortalisation bien trop massive de nos sorties): quelle ne fut pas ma surprise face au succès qu'elle a rencontré! Que de commentaires positifs, alors que, pour d'autres images à mon avis bien plus créatives, les participants des divers forums demeurent muets.

Mes critères d'esthétique sont-ils à ce point singuliers? Devrais-je me (re)mettre à combiner coucher de soleil et ski pour obtenir des clichés de skieurs glissant sur une neige orangée? Ou serait-ce plutôt l'expression d'une frustration au constalt que l'action l'emporte sur le cadrage et la composition photographiques?!